La diminution de la pratique religieuse a conduit à une baisse de la fréquentation de nos églises. Or ces édifices, qui continuent à être un réel investissement pour les communes, ne bénéficient plus des mêmes niveaux de subventionnement et d’aide aux travaux d’entretien.

A l’heure d’une raréfaction durable des ressources publiques et de la lutte contre l’étalement urbain, il s’agit de s’interroger sur les nouveaux usages que pourraient accueillir certains de ces édifices centraux qui ont toujours eu pour vocation de rassembler. En effet, pour pérenniser un bâtiment la meilleure solution reste encore de l’occuper. 

Plusieurs territoires, dont la Communauté de communes Mad & Moselle, se sont déjà emparés de cette réflexion. Plusieurs actions ont été lancées sur le territoire, notamment la réalisation d’un diagnostic des églises ainsi qu’une démarche de concertation auprès des paroissiens, des habitants et des élus.

Un projet de coopération internationale avec le Québec, qui est très en avance sur les questions d'utilisation mixte, est en cours, en partenariat avec le CAUE et d'autres collectivités.

Une délégation s'est envolée le 8 avril pour le Canada dans le cadre de la coopération France Québec sur le devenir des églises : "les collectivités face aux défis de mutation du patrimoine religieux". Au programme, des échanges et des découvertes grâce à nos partenaires, qui nous ont fait partager leur expérience de reconversion des églises : une organisation et un cadre législatif différents, une démarche ancrée sur le territoire de l’église (le quartier, la commune...) et toujours un projet qui est porteur de lien social.

Quelques exemples de reconversion au Québec

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris